jeudi 4 décembre 2008

Femmes attachées à Lapérouse



Je m’ennuyais à la fin de cette soirée de Lapérouse, au public assez beauf, lorsque ma curiosité me pousse derrière l’une des portes du couloir où avaient eu lieu les performances. Dans un des salons, une femme avait passé la soirée à y introduire des volontaires, yeux bandés, pour une dégustation de cognac. Dans l’autre, impossible de savoir ce qui s'y était passé et de toute façon les réjouissances étaient terminées.

Quelle ne fut ma surprise de découvrir dans l’obscurité, trois jeunes femmes collées contre les murs et attachées l’une à l’autre par de longues cordes blanches. Elles murmurent « détachez-nous… ». Je regarde les nœuds, en effet, elles sont sérieusement ligotées. Elles gigotent suppliantes. L’espace de quelques minutes, je savoure le tableau baigné par la voix de Léonard Cohen. Les mains mystérieuses qui ont noué les liens ont posé dans un coin quelques photos, une bougie, un CD. Le maître a réussi une petite scène émoustillante...



Il aurait suffit de peu, des jeunes femmes initiées et abandonnées, pour que le plaisir se prolonge et dépasse l’amusement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire